Travailleur isolé, le DATI My Link pour vous protéger

PROTECTION DES TRAVAILLEURS ISOLÉS : QUELLES SOLUTIONS ?

Sujet souvent négligé par les entreprises, la protection des travailleurs isolés n’en reste pas moins primordiale. Contraintes socio-économiques, réduction des effectifs, problèmes de communication...
Autant de facteurs augmentant le risque d’accidents sur le lieu du travail. Pour offrir une solution fiable aux travailleurs isolés comme à leurs employeurs,  l'alarme géolocalisable est désormais adoptée par bon nombre d'entreprises.  

Des obligations réglementaires pour l'employeur

Depuis quelques années, un cadre réglementaire strict (réglementation du 20/02/1992, décret 92-158, article R 4512-13 et articles R 4543-19 à 21 du code du travail) a été établi par les pouvoirs publics. Il appartient ainsi à chaque employeur de garantir une certaine sécurité aux membres de l'entreprise. Pour ce faire, plusieurs précautions sont à respecter. Parmi elles, l’identification des situations d’isolement figure en bonne place. Elle induit une prise en considération de ces situations, puis l'adoption de mesures appropriées.

Le BTP très concerné

Premiers concernés, ouvriers et conducteurs de machines représentent près de 70% des accidents des travailleurs isolés.

Par comités techniques nationaux, les accidents des professions isolées dans le BTP représentent 24,6% du nombre total des sinistres. Suivent le domaine du transport et de l’énergie (15,6%), la métallurgie (14,9%) et le bois, papier et textile (13,1%).

En ce qui concerne les secteurs d’activité, les plus impactés demeurent les métiers liés aux services aux entreprises (nettoyage, maintenance et surveillance), au transport terrestre et à l’industrie extractive. 

DATI : un nouvel outil d’aide à la sécurité

Appareil permettant d’alerter les secours en cas de danger, le DATI (Dispositif d’Alarme pour Travailleur Isolé) constitue une aide précieuse dans la protection de ces professions à risque. Deux types existent : l'alarme déclenchée volontairement par l’employé, et l'alarme automatique.

Nombreux seront les employeurs sceptiques au bon fonctionnement de cette dernière. Pourtant, ce système propose un panel de solutions à la fois simples et efficaces pour assurer la protection des travailleurs.

Comment ça marche

Le DATI se déclenche automatiquement en cas de perte de verticalité ou de mobilité. Dans le cas d’un dysfonctionnement détecté ou d’absence de mouvement prolongé (NDLR : on parle alors de dispositif de l’homme mort, fonctionnalité retenue pour notre My Link), l’alarme réagit en transmettant les informations nécessaires aux secours, envoyées par un réseau GSM. 

Une précaution indispensable, pas une finalité

Tous les professionnels de la sécurité s’accordent sur le point suivant : le DATI est nécessaire, mais insuffisant si l'entreprise ne prend pas les dispositions nécessaires, en amont, pour assurer la protection de ses travailleurs isolés. L’alarme ne constitue en effet qu’un outil d’aide à la détection de danger.
Le principal objectif reste, évidemment, d’éviter ces mêmes dangers. 

 

Le My Link utilisé; comme Dispositif d'Alarme pour le Travailleur isolé (DATI)

Céline L. (Responsable Achats d'un groupe médical):

"La vocation de notre groupe est de mettre du matériel médical à disposition des patients à leur domicile. Jusqu'à présent, nous avions testé différentes formes de DATI, notamment via téléphone, mais aucune ne nous avait convaincu.
Voilà pourquoi nous avons décidé d'expérimenter le boîtier My Link de My Angel durant plusieurs mois. Un test concluant car ce petit équipement, mis dans une poche ou à la ceinture, correspond parfaitement aux besoins de nos équipes, à savoir qu'il est réactif, sécurisant, sans avoir l'inconvénient du signal qui se met en alerte dès la moindre perte de verticalité. Ce test a été réalisé sur une dizaine d'employés du groupe.
À terme, je pense que nous allons équiper tous nos aides-soignants et les infirmières, certains ayant fait l'objet d'agressions, de menaces ou d'intimidations récemment".




Commentaires (0)

Ecrire un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter cet article
À PROPOS

Inscription à la newsletter